Le bio est tendance. Le marché des cosmétiques biologiques est en plein essor mais qu’est-ce qui se cache réellement derrière l’appellation « cosmétique bio » ? Est-elle toujours naturelle ? Quels sont les labels ?

 

« CERTIFIÉ BIO » 

Un produit cosmétique peut être considéré bio sans aucun label s’il est 100% naturel et qu’il contient plus de 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. Si de telles concentrations bio sont faciles à atteindre pour des mélanges d’huiles essentielles et d’huiles végétales, c’est beaucoup plus compliqué pour les cosmétiques sophistiqués (micellaires, moussants, émulsions) qui contiennent de l’eau.

L’eau, qui constitue la plus grande partie du produit, ne peut pas être certifiée bio, du simple fait qu’elle n’est pas issue du vivant. C’est la raison pour laquelle, la majorité des cosmétiques mis sur le marché ne sont pas bios, mais « certifiés bios ».

En Europe, pour qu’un produit soit certifié bio, il doit respecter un cahier des charges strict. Il existe deux référentiels principaux : NATRUE (pour les pays germanophones notamment), et COSMOS pour le reste de l’Europe. En ce qui concerne SYHA, tous les produits sont certifiés bio par ECOCERT selon la dernière version du référentiel COSMOS. ECOCERT étant un organisme de contrôle indépendant, habilité à délivrer un label bio.

 

Le référentiel COSMOS 

COSMOS propose un référentiel à deux niveaux pour les cosmétiques naturels et les cosmétiques biologiques.

 

 LA PROMESSE SYHA 

Pour chacune de nos formules, nous garantissons au minimum 99% d'ingrédients naturels et plus de 50% d’ingrédients biologiques.

SYHA dépasse ainsi tous les standards requis par les différents labels pour proposer une dermocosmétique plus respectueuse de la peau et de l’environnement. Basées sur le végétal, les formules contiennent 100 fois moins d’ingrédients synthétiques que les standards. Les flacons sont rechargeables, et les packagings recyclables.

 

LES PIÈGES À ÉVITER : ATTENTION AU GREENWASHING 

Fiez-vous aux labels !

Ils sont l’unique garantie qu’un produit est naturel ou biologique. Ne vous fiez en aucun cas à ce qui est écrit sur le packaging, car le terme « naturel » n’est pas réglementé, et certaines marques en abusent pour faire passer un produit comme vert, alors qu’il ne l’est pas forcément.

Attention à la mention « SANS ».

Ce n’est pas parce qu’un produit ne contient pas de sulfate qu’il ne contient pas d’autres tensioactifs tout aussi irritant et mauvais pour l’environnement. Les marques abusent de cette mention « SANS », estampillée comme un gage de qualité. Fiez-vous uniquement aux labels qui constituent la seule garantie d’un produit exempt de substances controversées. 

 

Norme ISO 16128 

Publiée fin 2017, cette norme peut se révéler trompeuse pour le consommateur. Pointée du doigt par l’ensemble des acteurs du bio, cette nouvelle norme sur l’appellation bio fait polémique. Selon cette norme :

- Un ingrédient peut être qualifié de naturel dès lors qu’il contient un minimum de 50% de matières premières naturelle, et ce au même titre qu’un ingrédient 100% naturel.

- Les substances pétrochimiques, plastiques, OGM, ne sont pas interdites.

- Une marque qui souhaite se revendiquer “norme ISO 16128” pourra indiquer sur son emballage “contient XX% d’ingrédients biologiques” ou “XX% d’ingrédients naturels”. Alors que le reste de la formule contiendra par exemple des silicones, benzophénones, du phenoxyéthanol, de l’EDTA, etc.

Pour un public non averti cette norme accentue le greenwashing ambient.

Attention à l’ambiguïté entre naturel et bio

Certaines marques utilisent le logo d’un organe de certification, sans préciser qu’il s’agit d’une certification naturelle ou biologique. Il y a même des sociétés qui impriment un faux-label sur leurs packagings sans avoir la certification. Pour vous assurer que votre produit est certifié bio, n’hésitez pas à consulter l’index COSMOS.

http://cosmos-standard-rm.org/data/indexcp.php