91% de la population mondiale respire un air pollué, qui dépasse les limites fixées par l’OMS. L'impact sur la peau est multiple : rougeurs, imperfections, teint terne, peau sèche... Comment y remédier ? Nous vous dévoilons ici les mécanismes biologiques impliqués, et les solutions pour se protéger efficacement et éviter ainsi un vieillissement prématuré. 

Pollution : pas seulement une histoire de particules fines

De nos jours, il est de plus en plus difficile d’échapper à la pollution. Les particules fines et métaux lourds émis par les usines, les particules toxiques  provenant de la cigarette, les gaz d’échappement, mais aussi les vapeurs des produits ménagers et les produits cosmétiques (déodorants spray, crèmes…) sont autant de sources de pollution qui agressent notre peau au quotidien.

En outre, la pollution ne touche pas seulement les métropoles, mais aussi les zones rurales. En effet, les particules fines issues des zones industrielles sont dispersées dans l’air et portées par le vent, jusque dans les campagnes. Il n’est pas rare de retrouver des particules noires, issues de la pollution sur nos tables de jardin. Lorsque l'on parle de pollution rurale, on peut également évoquer les produits d’épandage comme les engrais et les pesticides vaporisés à outrance dans les champs, qui impactent directement l'équilibre cutané. 

Quels effets sur la peau ?

Des études scientifiques ont été réalisées sur 5000 femmes, suivies pendant 15 ans en Allemagne et en Chine.

Les résultats sont sans appel. Ces études démontrent que la pollution engendre l’apparition de rides profondes (+7%), de rides légères (+74%) et de taches (+22%). Mais aussi une peau plus terne chez 28% des sujets, et une hypersensibilité ou allergie dans 39% des cas. 16% des femmes suivies ont une peau plus sèche, et 23% d’entre elles présentent de l’acné.

Comment y remédier ?

1. Nettoyer sa peau au quotidien

Prendre soin de sa peau et lutter contre la pollution commence par bien le nettoyer. En fin de journée, vous allez ainsi éliminer toutes les particules qui sont venues se déposer sur votre peau.

2. S’ hydrater intensément

L’hydratation joue un rôle primordial pour conserver une peau jeune et un teint éclatant.  Il est recommandé de boire au moins 8 verres d’eau chaque jour pour éliminer les toxines. Aussi, l’utilisation quotidienne d’un soin hydratant est une arme indispensable pour une peau en bonne santé. Un soin hydratant agit en deux temps : il va d’abord apaiser la peau, puis va contribuer à reconstituer la barrière cutanée pour permettre à notre peau de mieux se défendre face aux agressions extérieures.

3. Choisir des produits de soin adaptés contre la pollution

En plus de vos produit habituels, des soins visage antipollution aux multiples actions ont été spécialement conçus pour protéger votre peau. Un bon soin antipollution n’aura pas une simple action protectrice, mais sera également en mesure de réparer la peau et corriger les méfaits de la pollution. Un bon soin antipollution aura donc une action sur le vieillissement cutané, apaisera les peaux sensibilisées, corrigera la pigmentation, rééquilibrera le microbiote cutané et redonnera de l’éclat.

4.Protéger sa peau des rayons UV

Pour parfaire cette routine beauté antipollution, il est nécessaire de protéger sa peau des rayons du soleil. En effet, UV et pollution ne font pas bon ménage. Sous l’effet des UV, les polluants se transforment en ozone, qui est une molécule très réactive au fort pouvoir oxydant. Il est donc primordial d’adopter une protection solaire adaptée.

5. Privilégier des aliments antioxydants  

Pour protéger notre peau, il faut s’armer de l’intérieur comme de l’extérieur, et le contenu de notre assiette joue également un rôle important. Bien évidement, on évite tout ce qui est fast-food, produits trop gras, trop sucrés ou trop salés. A  la place, on opte pour des aliments antioxydants qui vont protéger du stress oxydant et de la dégradation des cellules. Privilégiez donc surtout les aliments antioxydants (fruits rouges, persil, grenade …) et les graines riches en Vitamine E (germe de blé, noisette, huile olive …).